Acheter un terrain : viabilisé ou non viabilisé, comment éviter les pièges ?

Terrain

Avant de procéder à l’acquisition d’un terrain, il faut d’abord s’assurer qu’il répond à des normes de construction. C’est à partir de ces normes qu’on pourra définir les caractéristiques du terrain, soit c’est un terrain viabilisé soit c’est un terrain non viabilisé. Dans les deux cas, le nouveau propriétaire doit faire attention, car même un terrain viabilisé n’est pas forcément constructible.

Un terrain viabilisé

Un terrain est viabilisé lorsqu’il dispose de tout accès de base : eau, réseau téléphonique, électricité, assainissement des eaux usées, accessibilité de véhicule, etc. Ceci dit, le terrain est considéré comme étant constructible et répond aux critères techniques de la constructibilité déterminée par le PLU (Plan Local d’Urbanisation). Toutefois, même si le terrain est constructible, le nouveau propriétaire doit solliciter un permis de construire auprès de la mairie concernée.
Il faut faire attention, car même si un terrain est viabilisé, il arrive qu’il nécessite des travaux de réaménagement comme un remblayage ou la construction d’un mur de soutènement s’il y a des risques d’éboulement.

remblayage terrain

Un terrain non viabilisé

Quand il s’agit d’un terrain non viabilisé, ceci implique qu’il n’a pas accès aux principaux réseaux de base d’un terrain viabilisé. Voilà pourquoi il se vend à un prix très attractif. Il faut noter que le nouveau propriétaire peut construire sur un terrain non viabilisé si le terrain en question peut subir des travaux de construction. Et suivant cela, il pourra le viabiliser.

Comment éviter les pièges lors d’un achat de terrain ?

L’achat d’un terrain ne se résume pas seulement à l’achat proprement dit. Il existe des pièges qui peuvent se dissimuler. Ainsi, pour éviter ces pièges, l’acheteur doit :

  • Demander un certificat d’urbanisme à la mairie. Celui-ci certifie le caractère constructible du terrain et les normes architecturales à respecter. On pourra ainsi connaître les règles de densité de construction par rapport à la surface et les contraintes d’aménagement des abords.
  • Consulter le plan d’occupation du sol. Ce plan montre les informations relatives aux règles de construction applicables localement. Cela évite le risque de construire sur une partie de la parcelle voisine par exemple. Se procurer un règlement de lotissement et des cahiers de charges. Ceci permettra de vérifier si le terrain est une propriété privée ou publique.
  • Vérifier la surface exacte du terrain et les limites présentées sur le cadastre. Autrement dit, vérifier le bornage.
  • Rédiger une contravention qui établit clairement la surface de la parcelle en question. Et la contravention doit être signée par l’ensemble des intéressés.
  • Se renseigner auprès de la mairie ou même des voisins sur la nature du sol et du sous-sol. Cette étape pour s’assurer que le terrain est bien constructible ou non. Cela permet d’éviter les problèmes au moment de la construction.

Les conseils cités précédemment sont très utiles si vous désirez acheter un terrain, que ce soit viabilisé ou non viabilisé. Et si vous êtes prêt pour l’achat d’une parcelle, vous pouvez en trouver plusieurs sur le site www.parcelle-a-vendre.com.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.