Les démarches à suivre pour un projet de construction

Gros plan sur les différentes démarches à suivre pour concrétiser un projet de construction immobilière.

Le choix du terrain

Plusieurs questions doivent être posées lors de la toute première étape d’un projet de construction :
– L’emplacement correspond-il à l’usage futur de la construction à bâtir et au confort des futurs occupants ?
– Le terrain est-il constructible ? Qu’en disent les professionnels, notamment les géotechniciens ?
– Le terrain est-il raccordé aux différents réseaux (eau, électricité, gaz, égouts) ? Sinon, sont-ils accessibles et à quels coûts?

Dans ce cadre, il est aussi important de se tenir informé des règles d’urbanisme locales pour être en parfaite conformité.

L’élaboration du plan

Pour la réalisation du plan de construction, le porteur de projet a le choix entre :

– L’autoconstruction, c’est-à-dire élaborer lui-même le plan si la surface de plancher de la construction envisagée ne dépasse par les 170 m².
– L’élaboration d’un plan sur mesure en recourant obligatoirement aux services d’un architecte notamment pour une construction, dont la surface de plancher, excède les 170 m².
– L’achat d’une maison sur catalogue avec les plans déjà fournis par un constructeur.
Dans tous les cas, une demande de permis de construire sera nécessaire pour lancer les travaux de construction.

La demande de financement

Dans la plupart des cas, un projet immobilier passe toujours par une demande de crédit en ligne. Actuellement, on distingue plusieurs types de prêts immobiliers à savoir le prêt amortissable, le prêt in fine, le prêt relais. Ce prêt relais reste très intéressant quant à ces principes et conditions de souscription.

D’autres prêts d’aide à l’accession sont aussi disponibles à l’exemple du prêt accession sociale, du prêt conventionné, du prêt à taux zéro plus, du prêt épargne logement, du prêt action logement…

Le choix du professionnel en charge de la construction

Pour qu’un projet immobilier se concrétise conformément aux plans établis, le mieux est de s’en remettre aux constructeurs affiliés à un syndicat professionnel à l’instar de l’UMF (Union des maisons françaises). Ceux qui proposent un CCMI (contrat de construction de maison individuelle) sont également à privilégier, car ce type de contrat est très réglementé et offre de nombreux avantages au porteur de projet. Pour s’assurer du savoir-faire du constructeur, il ne faut pas hésiter à visiter ses anciens chantiers et à s’appuyer sur le bouche-à-oreille.

Les assurances

Pour protéger la construction, certaines assurances sont obligatoires. C’est le cas de l’assurance « dommage ouvrage » qui couvre tous les risques de problèmes liés à des malfaçons et de la « garantie décennale » qui permet d’obtenir une réparation de tous les dommages pouvant remettre en cause la solidité de la construction ou la rendre inhabitable. Le CCMI propose aussi une garantie de parfait achèvement et une garantie biennale. Par ailleurs, il convient de visiter régulièrement le chantier pour s’assurer que le déroulement des travaux est bien respecté et que ceux-ci se font dans les règles de l’art.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.